A. Magnier

 

 

 

 





ANTHONY MAGNIER

 

Comédien, metteur en scène, photographe et vidéaste autodidacte, Anthony Magnier suit un cursus DEUG « Arts du spectacle » à l'Université Paris VIII – Vincennes-Saint-Denis et à l’École du Cirque de Nanterre. A la suite de sa formation, il crée un groupe d'auto-apprentissage à partir des techniques de Jerzy Grotowsky et Eugenio Barba, intègre diverses compagnies issues de l'Ecole de la Rue Blanche, devient l'assistant de Carlo Boso, se forme à l'écriture dramaturgique et donne près de cinquante stages en France et à l'étranger. Il traduit également une partie du recueil de scénarios de Flaminio Scala, Teatro delle Favole Rappresentative et met en scène son premier texte original, L'orphelin des Limbes, récit allégorique de la mort du personnage d'Arlequin.

A l'origine formé aux techniques du théâtre de tréteaux, Anthony Magnier utilise l'énergie spécifique de cette école, mais aussi sa maîtrise de l'improvisation théâtrale, pour penser avec singularité la restitution des textes classiques et la direction d'acteurs, puis établir un rapport étroit avec le public. Dans ses mises en scène de L'Illusion comique (2004) de Corneille et de Cyrano (2010) de Rostand, il s'emploiera ainsi à tisser des liens entre la forme « all improviso » et le répertoire classique. Plus tard, dans Un Fil à la patte (2014), il repensera les codes esthétiques et dramaturgiques du vaudeville, en bousculant les conventions attachées à ce genre théâtral.

Influencé par le travail d'Ostermeier et de Castellucci, Anthony Magnier s'inscrit aujourd'hui dans une démarche transdisciplinaire, portée par une esthétique sensorielle et marquée par différentes collaborations artistiques, en particulier dans le domaine de la scénographie, de la musique et de la vidéo.
La création d'Andromaque en 2015 l'amène à expérimenter de nouveaux dispositifs techniques et modes d'expression artistique : construction d'images scéniques fortes et de sensations visuelles, conception d'univers sonores et utilisation de la musique en live, inspirations cinématographiques...   Son approche est bâtie sur la recherche de l'expérience sensitive, visant à immerger le spectateur au cœur des passions humaines et à dissoudre les frontières entre la scène et le public.

Avec Othello, Anthony Magnier revisite à nouveau une œuvre classique, pour mieux poursuivre l'exploration de ce théâtre de chair, reconstituant l'organisation spatiale du Globe shakespearien et conviant le spectateur à vivre la représentation comme une véritable expérience collective.