L'ECOLE DES FEMMES MOLIERE

MISE EN SCENE / ANTHONY MAGNIER
AGNES, GEORGETTE, ORONTE / EVA DUMONT 
HORACE, CHRYSALDE, ALAIN / VICTORIEN ROBERT
ARNOLPHE / MIKAEL FASULO

L'Ecole des femmes 

L'École des femmes est la pièce qui rendra Molière célèbre, il nous livre ici sa première grande comédie, pleine de cynisme et d’âpreté. C'est l’histoire d’un songe, du songe d’un homme qui cherche à contrôler ceux qui l’entourent.

Arnolphe rêve à une femme, mais au fond il veut un chien de compagnie - qui de surcroît, tiendrait l’intendance de la maison. Molière mêne une profonde réflexion sur la condition féminine, mêlant des scènes d’une grande cruauté à d'anthologiques moments de comédie et de farce.

C’est la sixième rencontre d’Anthony Magnier avec Molière qui a plus que jamais ce talent de nous transporter du burlesque au drame et nous faire questionner sur notre héritage et ce que nous souhaitons devenir. 

Première du spectacle le 7 novembre 2020 au Centre Culturel Georges Brassens

SCENOGRAPHIE / Anthony Magnier

LUMIERES / Charly Hoves

MUSIQUES / Mathias Castagné

COSTUMES / Mélisande De Serres

HABILLEUSE / Coline Ploquin

ADMINISTRATION DE PRODUCTION /

Fanny Laurent

DIFFUSION / Coline Fousnaquer

AVEC LE SOUTIEN DE 

Centre Culturel Georges Brassens - Avrillé

Ville de Versailles

Centre Culturel Aragon Triolet - Orly

Centre Culturel Yves Montand - Livry Gargan

Tanzmatten - Séléstat

Buc 

Festival du Mois Molière

Note d'intention 1/2
En 1662, L'École des Femmes est la pièce qui rend Molière célèbre, pour la première fois la farce est mêlée à la Grande Comédie en vers. Par la suite viennent Tartuffe, Dom Juan, Le Misanthrope. L’Ecole des femmes, pièce en alexandrins, nous montre le destin croisé d’Arnolphe, et de sa pupille, la jeune Agnès. Arnolphe réussira-t-il à empêcher l’amour naissant entre Agnès et Horace ? La pièce est magistralement construite, usant de l’ironie dramatique dès la deuxième scène, Molière tend son intrigue du premier au dernier acte sans faillir, nous faisant suivre l’implosion d’Arnolphe en parallèle avec l’envol de l’amour entre Agnès et Horace.
Note d'intention 2/2
Dans la continuité de notre travail sur Beaucoup de bruit pour rien - pièce dans laquelle nous avons donné aux femmes la place des hommes - et en ces temps de questionnement sociétal, comment ne pas se saisir de cette oeuvre qui a pour épicentre la relation homme-femme ? Se questionner sur notre héritage, sur ce que nous sommes, et ce que nous souhaitons devenir. Se questionner, oui, mais par le rire et la farce, accompagné du plus grand dramaturge français, celui qui a le talent de nous transporter du burlesque au drame et qui sans cesse nous apprend sur nous-même, sans jamais être moralisateur.
  • White Facebook Icon